vendredi 23 novembre 2007

Prenons un low coast cette fois-ci... Retour vers l'Italie, et puisque j'aime bien faire la maline, avec un ptit brin de Belgique tout de même...











Ehh oui lecteurs, lectrices, la fin du mois approchant, la fin du budget tout autant, je ne vous emmènerai guère dans des contrées lointaines et exotiques cette semaine (mais attendez voir mon inspiration pour la prochaine... vous vous munirez certainement d'un kit-anti-peur-dans-la-jungle-culinaire!) mais vous promènerai avec une joie infinie dans le pays que - culinairement - je connais le mieux. Là où d'aucuns se mettent à disserter sur des questions métaphysiques (le juge français saisi en vertu de l'article 2 du Règlement Bruxelles I (non, non, là n'est pas ma touche "belge", rassurez-vous!) doit-il se déclarer incompétent là où il y aurait une compétence exclusive d'un for extra-communautaire? Mais n'est-ce pas plutôt l'étudiant qui devrait se déclarer incompétent...?), je me mets parfois à réfléchir sur des questions culino-physiques (tiens, on ne trouve pas assez l'expression "pataphysique" sur les blogs culinaires...). Un exemple? Mais quand ai-je bien pu faire mes premiers ravioli al ragù ? Et je crois bien qu'une réponse exacte à cette question m'obligerait à remonter assez loin dans la psychanalyse (!) puisque, même à 5 ans, on peut "faire i ravioli" en suivant attentivement le doigté de sa grand-mère chef, qui de toute façon ne vous donnera pas la recette plus tard, elle se contentera de dire "ma dai, hai visto, è facile eh?" (mais enfin, t'as bien vu, facile hein?!).
Ne trouvant point de répît dans le repos, je me pose cette question sans cesse, pour conclure que, baignée de la tête aux pieds par la "cuisine ritale traditionnelle" depuis l'âge tendre (et bête de surcroît), je ne saurais dire depuis quand j'y suis si attachée!
Mais mais mais, puisqu'il y a un "mais" (et oui, un "met" aussi, ne vous inquiétez pas, jé né pas changééé jé souis touchours lé même étranchééé.... je n'ai oublié ni la recette du jour, ni les touches d'humour décadent!), je partage l'avis de la merveilleuse Cavoletto di Bruxelles, selon laquelle "il n'y a pas que la pizza dans la vie", et, toute convaincue par ce nouveau Grand Gourou, mon nouveau crédo sera celui de suivre quelques unes de ses "recettes chic" *

Alors alors la donne du jour? Un Rouget, du Fenouil (le grand défi : détesté par 2 convives sur 4, et laissant les deux autres de marbre...) des Agrumes...
J'avais déjà tenté une salade de fenouil aux agrumes, et ce mariage étonnant n'en est pas moins extrêmement réussi! J'en veux pour preuve qu'il est un des éléments récurrents de la cuisine moderne italienne... et sans trasition trop voyante voici le...
Rouget en papillote d'agrumes, de fenouil et d'olives (du Grand Chef Sigrid - Cavoletto).

Pour 4 ritaux modernes : (recette ultra-rapide!)
- 4 rougets (dites surtout "oui" à la question "on vous les nettoie?" et non madame ce n'est pas de la froussardise!).
- 1 bulbe de fenouil
- 1 orange
- 1 pamplemousse en plus pour moi (pour la joliesse de la couleur, l'envie de rose, peut être!)
- 1 vingtaine de belles olives noires
- 4 feuilles de laurier
- 1 c à c de graines de fenouil
- huile d'olive
- fleur de sel
- poivre of the moulin (qui a pressenti que j'aurais bien écrit "rouge"??).

Préchauffer le four à 180°C. Laver et vider les rougets (sauf si vous lisez correctement mon énoncé... qui a dit que je serai une prof sévère?).

Couper l'orange et le pamplemousse en tranches de 5 mm d'épaisseur et émincer le fenouil. Préparer 4 carrés de papier sulfurisé (alu pour ma part, puisque ô maladresse quand tu nous tiens...). Déposer sur chaque carré un peu de fenouil et d'orange, y coucher le rouget, ajouter quelques olives, 1 feuille de laurier, des graines de fenouil, 1 pincée de fleur de sel, 1 goutte d'huile d'olive et un peu de poivre (pour les grands romantiques, optez comme moi pour cette présentation-rosace... pardonnez-moi mais je me gausse en relisant cette phrase...).

Refermer les papillotes avec de la ficelle de cuisine (ou optez pour la solution alu et ne vous embêtez pas du tout!). Déposer ces petites merveilles dans un plat allant au four et les faire cuire pendant 15 minutes.
Hop, les servir telles quelles... le petit parfum est ma-gni-fi-que, et tout réfractaire soient-ils au fenouil, les invités n'ont rien laissé... je pense avoir dûment mérité d'écrire "encore une victoire de Canard"!


Et pour ceux qui ne croient plus à l'adage "mieux vaut être seul que mal accompagné", voici mon terrible accompagnement, toujours inspiré par mon merveilleux gourou Belge Cavoletto, (ah oui là est la Belgique... petite digression en vue... Sigrid est une cuisinière hors pair d'origine Belge, habitant à Rome... mais ai-je vraiment besoin de le préciser ?).
Attendez un instant... n'ai-je pas abominablement traité ce qui va suivre de "mauvais accompagnement"? Ca alors.. moi qui trouvais la transition bien alléchante... je te demande pardon, plat sacré s'il en est, mon adorable petit...
Risotto Pera e Gorgonzola... poire et gorgonzola... n'est-ce pas déjà "magique"?!


La Poire et le Gorgonzola sont eux aussi une alliance devenue typique de la cuisine ritale moderne (allez, laisser vous aller à la tentation de croquer un morceau de poire après un morceau de gorgonzola), et quoi de mieux que de les immiscer dans le plat le plus typique de la cuisine traditionnelle?!Chapeau Cavoletto...
Je n'ai pas suivi la vraie recette de Cavoletto, mais ai simplement suivi ma recette traditionnelle, mais j'avoue regretter l'idée des lamelles de poires séchées (petite flemitude aiguë sur ce coup là!) qu'elle préconise en déco...

Pour 4 buongustai (= bons-vivants).
- 180 grammes de riz arborio/ carnaroli / vialone nano
- 3 poires
- 100 grammes de gorgonzola
- 1 litre de bouillon de légumes
- 50 gr de parmesan
- 1 échalote
- 1 verre de vin blanc
- 2 c à s. de beurre
- huile d'olive (blabla...)
- sel poivre qb.

Laver les poires, les éplucher, les couper en petits dés. Hacher finement l'échalote. Faire chauffer une cuillère à soupe de beurre et un filet d'huile d'olive dans une casserole, y faire revenir l'échalote et les poires, sans les faire dorer. Ajouter le riz... le faire "toaster" : en le faisant revenir, les grains doivent devenir translucides.
Verser le vin (un petit Gewurtz' pour ma part).. et le laisser évaporer.

Sentez-moi ce petit fumet...
Verser ensuite le bouillon louche par louche (je faire bouillir le bouillon sur une autre plaque) en attendant que chaque louche ait été absorbée.
Lorsque le riz est prêt, salez, poivrez, parmesanez, ajoutez le beurre restant et le gorgonzola, en petit morceaux. Bien mélanger..couvrir et attendre 5 minutes avant de servir!

Pfiouh... je ne vous raconte pas...
Enfin si bien sûr, c'est le but... une véritable merveille...!


Et puisque je poste souvent deux recettes et que ce soir une autre me titille, je ferais valoir l'adage "jamais deux sans trois" (qui a osé dire que "trop d'adages tuaient les adages?") et vous présenterai non sans honneur, la plus simplissime des tartes au café et au chocolat blanc (et ce malgré les apparences: longueur de la recette écrite ne signifie point longueur et complexité réelles! tiens encore un ptit adage?):


Pour 8 personnes (j'ai divisé les dosages en deux, puisque je voulais absolument inaugurer mes merveilleux mini-moules à charnières "aren't they lovelyyy" (oui, parfaitement, je parodie Stevie Wonder!).
Recette issue de Sale e Pepe (mensuel culinaire transalpin absolument mythique..) Octobre 2006.

Pour la pâte simplissime:


-250 grammes de farine
- 50 grammes de poudre d'amande
- 150 grammes de beurre
- 150 grammes de sucre glace
- 2 oeufs
- pincée de sel.

Mélanger intimement la farine et les amandes. Disposer la farine en fontaine sur le plan de travail. Mettre au centre le beurre en petits morceaux, les oeufs, le sucre glace et la pincée de sel. Mélanger, (allez, allez!) former une boule de pâte lorsque la consistance vous plaît, la laisser reposer la pâte au frigo pendant une bonne heure. (Vous ne me croirez certainement pas, mais je suis partie lire un article de doctrine pendant ce temps..).
Abaisser ensuite la pâte en un disque de moins d'un centimètre d'épaisseur et beurrer un moule de 24 cm de diamètre/ ou vos brand new and fabulous mini-cuty-moules à charnière, y déposer votre cercle de pâte, faire remonter la pâte sur les bords et la replier pour former un joli bord (donc, en clair, ne suivez pas la présentation sur mes photos ^^). Piquez le fond de la pâte avec les dents d'une fourchette, couvrir avec des haricots secs/ du riz/ le super instrument en fer qui les remplace chez Kitchen Bazar (et dont je rêve la nuit... honte à moi)! Enfourner à 200°C pendant 20 à 25 minutes, (retirer haricots, riz ou instrument terriblement envié par moi même).

Pour la crème au café:
- 2 dL de lait
- 2 jaunes d'oeufs
- 50 gr de sucre
- 20 gr de café soluble
- 1 dL de crème fraîche
- 10 grammes de gélatine en feuilles (ou de l'agar agar pour ceux qui préfèrent et le maîtrisent.. nous ne sommes pas encore très très bons amis, alors mea culpa pour les inconditionnels!)

Ramollir la gélatine dans de l'eau froide, porter à ébullition le lait, ajouter le café, éteindre et laisser refroidir. Battre les jaunes avec le sucre et ajouter le lait. Faire cuire cette crème à feu doux, en mélangeant, jusqu'à ce qu'elle se soit bien densifiée. Incorporer la gélatine et laisser tiédir, puis ajouter la crème légèrement "montée" (= fouettée). Verser sur la pâte et mettre au frigo.

La crème au chocolat blanc:
- 2 dL de lait
- 2 jaunes d'oeufs
- 30 grammes de sucre
- 100 grammes de chocolat blanc
- 1 cuillère à c. de farine

Battre les jaunes avec le sucre, incorporer la farine et le lait et cuire à feu bas, tout en mélangeant, jusqu'à ce que la crème se soit densifiée. Ajouter le chocolat blanc coupé en petit morceaux, mélanger et laisser tiédir.
Verser cette crème sur la crème au café...
Et pour la déco finale: faire fondre 30 grammes de chocolat noir au bain marie, et verser le chcolat fondu sur la crème au chocolat blanc en prenant soin d'être plus artistique que moi-même! (ah si seulement j'avais eu ma seringue-décoratrice!).

Eh bah, un plat, un accompagnement, un dessert, que demande le peuple? Un peu de cinéma? "De l'autre côté"... merveilleux film du germano-turc Fatih Akin (réalisateur de Head On). Une magnifique peinture de personnages, très très romanesque! Foncez-y, si vous n'avez pas trop peur du glaucque!
Il ne me reste plus qu'à vous dire bon week end, et "bon appétit", la phrase réellement la plus appropriée au monde en toute circonstance! ;)








* Recettes extraites du livre fabuleux de Sigrid Verbert: "C'est italien, ça?".

21 commentaires:

valka a dit…

Je me suis bien marrée à la lecture de ta prose culinaro-psychanalytique :-)
J'aime beaucoup le blog du Choubru, et le kaefferkopf, c'est à côté de chez moi
allez viens, je t'invite à picoler :-)
bon week'

Ellaë a dit…

Eh bien, c'est ce que j'appelle une sublime fin de mois, bien alléchante! J'aime beaucoup le rouget entier. J'en ai publié une recette, il y a peu. Quant aux agrumes, habillant le poisson, j'y ai pensé la semaine dernière: c'était une rascasse aux clémentines! Ta proposition de papillottes me plaît bien. C'est simple, coloré et ça a l'air succulent. Bravo!

Eleonora a dit…

J'ai vu comme image d'un petit vin d'Alsace.... Et cette recette c'est l'Europe. Bravo. Passe un bon week-end et à bientôt.

Rima a dit…

Miam miam miam, ta tarte au café et chocolat blanc à l'air extraordinairement extraordinaire...

paola a dit…

Pour une fin de mois difficile, je dirais que tu as fait tout simplement des merveilles !!!
Il risotto pera e gorgonzola me fait penser à un dicton que mon père disait : "al contadino non far sapere quanto è buono il formaggio con le pere..."
Bises et bonne fin d'après midi
Paola

Marie-France a dit…

Bonsoir Claire, c'est toujours aussi joliment écrit, réalisé et photographié chez toi ! J'adore l'Italie, j'aime aussi sa cuisine si colorée.
Voilà une belle fin de mois,

Claude-Olivier a dit…

Et bien, toujours la plume agile par ici ;-) et pour notre plus grand plaisir! Le rouget, j'adore, cela doit etre mon poisson préféré. Fin et subtile, très bon choix. Et pour une fin de mois, j'ai déja vu pire! biz

Pernette a dit…

Tu me l'avais promis, le voici, ce fameux risotto pera e gorgonzola! La liste des risotti à faire s'allonge à vue d'oeil en ce moment, d'autant que je n'ai pas trop le temps de cuisiner en ces temps difficiles (et quand je cuisine, d'écrire un billet pour accompagner le plat).
Et le rouget... les papillotes... Tu me donnes des idées - et me fais un peu honte car, encore une fois, je manque d'imagination en ce moment (chanter ou cuisiner... il faut choisir!).
Bravo pour tes billets et ton humour!
Pernette.

zaari a dit…

et bien vous êtes gâtés même si c'était la fin du mois, ton menu est alléchant......

andrea matranga a dit…

Ciao non ho capito molto perchè non parlo francese ma quello che vedo mi piace ed anche molto. Sei bravissima!

Bolli a dit…

Je me suis regalée! En lisant, en regardant, bravo!!

Et, tes recettes, top top, je vais les imprimer toute à l'heure, je pense que je vais essayer ton gateau alléchant!

Eleonora a dit…

Comme j'aime venir faire un tour dans ta petite cuisine et je te remercie de ton passage...alors dans un brin de causette...merci aussi pour ta gentillesse...baci baci bella

valka a dit…

T'es un ange, que dis-je, une chouxe! Merci pour ta gentillesse, qui contribue à la rétention d'eau dans mes chevilles ;-)
gros bisous et bonne soirée

Eryn a dit…

Whaow ! Quand tu cuisines, on peut dire que tu ne fais pas semblant lol.

Alors pour les rougets ( j'ai hyper bien suivi, de toutes façons, je nettoie pas le poisson mdr ), je trouve les papillotes géniales, ça évite les matières grasses superflues, les parfuns sont diffusés et ... ca cuit rapidement !

Pour le risotto poire-gorgonzola, je dois dire que j'adore ce mariage. C'est bon aussi avec du romarin d'ailleurs, miam !

Quant au dessert ... Bon ben j'imagine qu'il ne reste plus rien, mais je t'assure que je n'aurais pas refusé une petite part !

Bonne soirée :)

Marika a dit…

Anche tu hai un bel blog davvero, mi piace seguirti!
Hai ragione comunque, il risotto è davvero buono, sarà per via del contrasto tra pere e gorgonzola che si sposa con ogni cosa e sa essere raffinato e gustoso allo stesso tempo!
Ne ho provata una versione pere e zafferano: alternativo!
Sono contenta che ti piacciano le ricette.
Passa un buon fine settimana.
Marika

monique a dit…

Tes plats sont merveilleux and they are really lovely, dear. Bises.

.Adikt. a dit…

alors normalement sache qu'on dit "un low cost" parce que sinon ça veut une côte (une zone côtière) basse. Sinon ça a l'air TROP bon.

paola a dit…

Ciao Chiaretta,
Ritorno a farti un salutino.
A presto e grazie per i tuoi adorabolo commenti !
Baccioni e a presto
Paola
Je te souhaite une excellente semaine.

paola a dit…

ADORABILI...bien sûr !

Flo Bretzel a dit…

Je craque définitivement pour le risotto poire & gorgonzola!

Eleonora a dit…

Un petit coucou en passant pour te souhaiter une bonne semaine...à bientôt ma belle et bon courage. Je te serre bien fort la main dans la suite...." blog au fil de mes rêves d'amour "